Le liquide cérébral de jeunes souris peut améliorer la mémoire des souris âgées, selon une étude

La perte de mémoire a été inversée chez les souris en leur injectant du liquide cérébral de jeunes rongeurs, ce qui laisse espérer de futurs traitements contre la démence.

Les chercheurs ont prélevé du liquide céphalo-rachidien (LCR), un liquide qui baigne le tissu cérébral et la moelle épinière de tous les vertébrés, de jeunes souris adultes (âgées de 10 semaines).

Ils ont ensuite infusé du LCR, qui contient plusieurs facteurs de croissance protéiques qui contribuent au développement normal du cerveau, dans le cerveau de souris âgées (âgées de 18 mois).

Le traitement a amélioré le rappel de la mémoire des vieilles souris dans une tâche de conditionnement de la peur, dans laquelle elles ont appris à associer un petit choc électrique à une tonalité et à une lumière clignotante.

Le liquide céphalo-rachidien de jeunes souris améliore la mémoire chez les souris âgées, rapportent des chercheurs. Cette illustration montre un aperçu de ses expériences de laboratoire : de la collecte du LCR de jeunes souris à son infusion dans de vieilles souris, une tâche de mémoire, le séquençage de l’ARN et l’histologie (étude des cellules au microscope)

Le liquide céphalo-rachidien (CSF, illustré ici dans une photo d'archive) est un liquide qui baigne le tissu cérébral et la moelle épinière de tous les vertébrés.

Le liquide céphalo-rachidien (CSF, illustré ici dans une photo d’archive) est un liquide qui baigne le tissu cérébral et la moelle épinière de tous les vertébrés.

QU’EST-CE QUE LA DÉMENCE ?

La démence est un terme général utilisé pour décrire une catégorie de symptômes marqués par des changements de comportement et un déclin progressif des capacités cognitives et sociales.

La maladie d’Alzheimer est la cause la plus fréquente de démence, mais d’autres conditions de démence comprennent la démence vasculaire, la démence à corps de Lewy et la démence frontotemporale.

On pense que la maladie d’Alzheimer est causée par l’accumulation anormale de protéines dans et autour des cellules cérébrales.

Selon les prévisions d’Alzheimer’s Research UK, un million de personnes dans le pays seront atteintes de démence d’ici 2025, et elles doubleront pour atteindre deux millions d’ici 2050.

Les résultats, publiés dans une nouvelle étude dans Nature, démontrent les propriétés rajeunissantes potentielles du jeune LCR pour le cerveau humain vieillissant, et pas seulement pour le cerveau des souris.

Des études antérieures ont montré que la production de liquide céphalo-rachidien diminue de manière significative avec l’âge, de sorte que les perfusions de liquide pour les personnes âgées pourraient également conduire à une meilleure capacité de mémoire chez les personnes âgées.

“Le vieillissement cérébral sous-tend la démence et les maladies neurodégénératives, imposant un immense fardeau sociétal”, a déclaré l’auteur de l’étude, le professeur Tony Wyss-Coray de l’Université de Stanford en Californie.

“Les améliorations de la mémoire observées chez les souris âgées recevant du LCR d’animaux plus jeunes peuvent être attribuées à des facteurs de croissance dont il a été démontré qu’ils restaurent la fonction des cellules neurales.

“Les résultats démontrent les propriétés rajeunissantes potentielles du jeune CSF pour le cerveau vieillissant.”

L’infusion de CFS de jeunes souris à de vieilles souris a restauré le rappel de la mémoire chez les animaux âgés en activant la production de myéline, une enveloppe grasse qui isole les neurones du cerveau.

Les neurones, également connus sous le nom de cellules nerveuses, sont des cellules hautement excitables qui transmettent des informations à des parties du corps par le biais de signaux électriques et améliorent nos capacités d’apprentissage et de mémoire.

L’équipe a ensuite utilisé le séquençage de l’ARN pour déterminer comment le traitement au LCR altérait l’expression des gènes dans l’hippocampe, le centre de la mémoire du cerveau.

L’hippocampe est l’une des rares régions du cerveau où de nouveaux neurones sont générés.

Les neurones, également connus sous le nom de cellules nerveuses, sont des cellules hautement excitables qui transmettent des informations aux parties du corps par le biais de signaux électriques (vue d'artiste)

Les neurones, également connus sous le nom de cellules nerveuses, sont des cellules hautement excitables qui transmettent des informations aux parties du corps par le biais de signaux électriques (vue d’artiste)

Il a été démontré que l’infusion de jeune CSF chez des souris plus âgées augmente la stimulation de cellules appelées cellules précurseurs d’oligodendrocytes, qui donnent naissance à des oligodendrocytes..

Les oligodendrocytes produisent la couche isolante de myéline, qui isole également des parties de neurones appelées axones qui transportent les impulsions nerveuses hors du corps cellulaire.

Cette « myélinisation » des projections axonales dans tout le cerveau garantit le maintien de connexions de signaux solides entre les neurones.

Pour déterminer les mécanismes sous-jacents à ces effets, les auteurs se sont penchés sur les voies de signalisation activées par le LCR jeune.

Ils ont identifié un “facteur de transcription” particulier, une protéine qui aide à “activer” ou “désactiver” des gènes spécifiques en se liant à l’ADN voisin.

Ce facteur de transcription particulier, connu sous le nom de SRF, médie les effets du jeune LCR sur les cellules précurseurs des oligodendrocytes.

Il a été démontré que l’expression du SRF était diminuée dans l’hippocampe des souris âgées.

La démence est un terme utilisé pour décrire les symptômes qui surviennent lorsqu'il y a un déclin de la fonction cérébrale (stock image)

La démence est un terme utilisé pour décrire les symptômes qui surviennent lorsqu’il y a un déclin de la fonction cérébrale (stock image)

Les auteurs ont également identifié un facteur de croissance connu sous le nom de FGF17 comme candidat pour induire la signalisation SRF. Le FGF17 pourrait avoir un potentiel en tant que cible thérapeutique pour les traitements humains.

Le Dr Miriam Zawadzki et le professeur Maria Lehtinen, du Boston Children’s Hospital dans le Massachusetts, qui n’ont pas participé à l’étude, affirment que les chercheurs “ont innové dans le domaine de la santé du cerveau et du vieillissement”.

“Les thérapies pour accéder directement au LCR pourraient être bénéfiques dans le traitement de la démence”, écrivent-ils dans un article d’accompagnement News & Views dans Nature.

“Tout traitement de ce type contribuera grandement à aider notre population vieillissante.”

Dans le monde, environ 55 millions de personnes souffrent de démence, y compris, mais sans s’y limiter, la maladie d’Alzheimer.

QU’EST-CE QU’UN NEURONE ET COMMENT ÇA MARCHE ?

Un neurone, également connu sous le nom de cellule nerveuse, est une cellule électriquement excitable qui capture, traite et transmet des informations par le biais de signaux électriques et chimiques. C’est l’un des éléments de base du système nerveux.

Pour qu’un être humain puisse réagir à son environnement, les neurones sont porteurs de stimuli.

La stimulation, telle que la brûlure du doigt par la flamme d’une bougie, est transmise par les neurones ascendants au système nerveux central et, en retour, les neurones descendants stimulent le bras pour retirer le doigt de la bougie.

Un neurone typique est divisé en trois parties : le corps cellulaire, les dendrites et l’axone. Le corps cellulaire, le centre du neurone, étend ses processus appelés axone et dendrites à d’autres cellules. Les dendrites se ramifient normalement abondamment, s’amincissant à chaque branche. L’axone est mince mais peut atteindre des distances énormes.

Pour faire une échelle comparable, le diamètre d’un neurone est d’environ un dixième du diamètre d’un cheveu humain.

Tous les neurones sont électriquement excitables. L’impulsion électrique atteint principalement les dendrites, est traitée dans le corps cellulaire puis se déplace le long de l’axone.

Sur toute sa longueur, un axone fonctionne simplement comme un fil électrique, transmettant simplement le signal.

Une fois que l’électricité atteint la fin de l’axone, au niveau des synapses, les choses deviennent un peu plus complexes.

La clé de la fonction neuronale est le processus de signalisation synaptique, qui est en partie électrique et en partie chimique.

Une fois que le signal électrique atteint la synapse, le neurone libère une molécule spéciale appelée neurotransmetteur.

Ce neurotransmetteur va alors stimuler le deuxième neurone, déclenchant une nouvelle vague d’impulsion électrique, répétant le mécanisme décrit ci-dessus.

.

Add Comment